(Edito) Nadine Morano, « Spin Doctor » de la Sarkozye

Par Norbert PREMIER

Doctor or Spin Doctor ?

Attaqué de toutes parts suite aux mises en examen de Nicolas Bazire et Thierry Gaubert dans le volet financier de « l’affaire Karachi », Nicolas Sarkozy peut compter sur Nadine Morano, qui s’est érigée en ligne Maginot de la probité présidentielle sur le plateau du Grand Journal de Canal+.

Nadine Morano, égérie du Dance Floor, ministre aussi à ses heures perdues, n’a pas perdu de temps pour préparer la défense du président de la république, de plus en plus pointé du doigt dans cette histoire de rétro-commissions mis au jour dans le volet financier de l’enquête sur les attentats de Karachi. Invitée sur le plateau du Grand Journal de Michel Denisot, elle a combattu de toute sa verve tous les arguments attaquant l’honneur du président, venant au soutien de la ligne officielle publiée un peu plus tôt dans un communiqué de l’Elysée.

Or donc, comme l’affirme ce communiqué, être porte-parole d’un candidat à la présidence de la République française – Edouard Balladur en 1995 – n’octroie aucune visibilité quant aux stratégies de campagne décidées par ledit candidat et ses conseillers et soutiens ? Conseillers et soutiens dont ne fait, par conséquent, pas partie le porte-parole. Soit. Admettons. Mais en l’espace de quelques jours, on voudrait nous faire avaler le fait que les mallettes en provenance d’Afrique et transportées par Robert Bourgi n’ont pas franchi le seuil de l’Elysée depuis 2007, et que les rétro-commissions, qui auraient été distribuées au camp Balladur en 1995 et mis au jour dans l’affaire Karachi, ne sont pas passées sous le nez de Nicolas Sarkozy, alors porte-parole de ce même Edouard Balladur. La pilule risque d’être difficile à avaler. Une pathologie bien connue du monde politico-médiatique, et qui a son remède, son docteur, son « Spin Doctor ». Un praticien de la langue bien pendue qui pourra toujours se fournir en médicaments du côté des laboratoires Servier… zut, j’oubliais, Jacques Servier, fidèle parmi les fidèles de la Sarkozye, a lui aussi été mis en examen, dans l’affaire du Mediator. Cycle infernal que celui des juges d’instruction…

Reste à espérer pour Nadine Morano qu’elle soit aussi calée en géopolitique appliquée à l’Asie qu’elle semble l’être en questions juridiques, comme son échange avec Maître Olivier Morice, avocat des familles des victimes de l’attentat de Karachi, semble l’avoir démontré. Un échange qui va la mener directement… au tribunal, selon l’avocat, qui a affirmé vouloir porter plainte pour diffamation. Au fait, si quelqu’un dans l’entourage du président pouvait rappeler à Nadine Morano que la ligne Maginot s’est avérée inutile, ça pourrait servir aux prochaines stratégies de défense élyséennes…

Avatar de adminfogoff

About

One thought on “(Edito) Nadine Morano, « Spin Doctor » de la Sarkozye

Comments are closed.